• Ristolas | Haut Guil Viso
La première percée transalpine est ici, et date de 1480.

Le Tunnel de la Traversette permet, depuis le Haut-Guil, de rejoindre via le sentier du Tour du Viso le village italien Pian del Re, aux sources du Pô. Situé à 2900 mètres d'altitude, c'est un haut lieu historique de la Réserve Nationale Ristolas Mont-Viso, et au delà des échanges commerciaux (et de contrebande) entre France et Italie. Il a été rénové en 2014,et est l'un des 4 nouveaux sentiers dits "des Contrebandiers". Ce tunnel est un tunnel uniquement piétonnier (homme, mulet, âne, chevaux, VTT).

 

 

Accès au Tunnel de la Traversette

Pour vous rendre au Tunnel de la Traversette, il faut suivre le topo de rando du Col de la Traversette (1160 mètres de dénivelé, 4h20 d'ascension). En effet, le Col de la Traversette est situé quelques mètres au dessus du Tunnel.

Avant les travaux de 2014, l'entrée côté français était souvent cachée par un névé et des éboulis. L'entrée italienne était quant à elle plus facile : il était alors recommandé de passer par le col, descendre côté Italie, pour emprunter le tunnel dans le sens Italie vers France.

Désormais, le tunnel ayant été conforté, son entrée est dégagée côté français. Une fois arrivés côté Italien, vous verrez un tout autre paysage, et apercevrez l'ancienne caserne utilisée pendant la dernière guerre mondiale par les italiens pour défendre la frontière.

N'oubliez cependant pas la lampe frontale ou la lampe de poche, le tunnel n'est pas éclairé, ce qui en fait son charme (on s'imagine les passages dans l'ancien temps des mulets et colporteurs / contrebandiers). Et attention à la tête !

 

Un peu d'histoire sur le tunnel de la Traversette

Nous ne prèterons pas crédit aux supputations du passage de Hannibal et de ses éléphants au Col de la Traversette. On imagine pas des troupeaux passer par là, voir notre article sur "Hannibal à la Traversette, naissance d'un mythe (fumeux)". Concentrons-nous sur les faits avérés, à savoir la construction même du tunnel.

Ludovic II, marquis de Saluce, observe que son marquisat a beaucoup de relations commerciales avec la Provence (notamment pour l’approvisionnement en sel), mais que l'accès est :

  • difficile par la route du Montgenèvre ou par le Mont Cenis
  • dangereux par le Col de la Traversette (beaux précipices côté Italien)
  • coûteux en droits de douanes (il faut payer la gabelle du Duché de Savoie quand on passe au Nord -Savoie - ou celle du Dauphiné quand on passe au Sud )
  • incertain en cas de guerre.

Il se rapproche du Roi de France en 1465 et lui évoque la construction d'un tunnel sous le Col

Construit entre juin 1479 et novembre 1480, suite à une convention en 1475 entre Ludovic II (marquis de Saluces) et Louis XI (roi de France et du Dauphiné - le Dauphiné ayant été rattaché au royaume depuis 1349), ce tunnel a pour vocation de faciliter les échanges entre la Provence/Dauphiné et le marquisat de Saluces, plus spécifiquement entre la Haute Vallée du Guil et la vallée de Fiume, et notamment les échanges en sel.

Ce Pertuis (Tunnel) est creusé à 2882 mètres d'altitude, quelques mètres en dessous du Col de la Traversette (2947m) et servira au passage de caravanes de mulets : c'est la naissance du premier tunnel des Alpes appelé "Tunnel Piétonnier de la Traversette", ancêtre des grands tunnels alpins.

Une pièrre gravée commémore son ouverture de 1480 à son entrée côté italien. C'est la naissance du Pertuis du Viso.

De France étaient exporté de nombreux produits - du sel de Provence (Etang de Berre) notamment pour les troupeaux du marquisat, des étoffes, des brocarts et des chevaux. D'Italie étaient importés du riz, de la laine et des peaux. Le sel était stocké dans ses greniers à Sels notamment à Château-Queyras et Guillestre. Les denrées remontaient en barque jusqu'à Savine, en remontant la Durance.

 

Un gain de trajet conséquent pour les échanges entre Provence et Marquisat de Saluce

Suite à l'ouverture du Tunnel, le commerce entre le Marquisat et le Dauphiné s'est alors énormément développé, car le le Pertuis du Viso a permis de réduire les temps de projets :

  • gain de 3 jours le temps de transport de Grenoble à Saluces (il fallait passer par le Col du Mont-Cenis, contrôlé par le Duché de Savoie),

  • gain de 3 semaines le temps de trajet pour les caravanes chargées de Sel entre l'Etang de Berre et Turin par rapport au trajet via Montgenèvre.

On imagine aisément l'ampleur des échanges et les cohortes de mulets montants/descendants du Haut-Guil pour arriver au marché d'Abriès !

 

Le Pertuis du Viso : le Buco di Viso, le Tunnel du Sel

Côté Français, le Pertuis du Viso a longtemps été surnommé le Tunnel du Sel, la Route du Sel.

Côté Italien, son nom est « Buco di Viso » (la bouche du Viso), vous en trouverez trace à l'entrée du Cirque de la Traversette, juste avant le panneau "Sous le Col Seillière) peint à la peinture orange sur une dalle de pierre pour indiquer qu'il faut aller à droite (au dessus, un autre dalle indique de passer à gaucher pour aller au Granero, à la peinture blanche).

 

Un tunnel d'une belle longueur pour l'époque

Le tunnel a un longueur de 55 mètres, une largeur moyenne de 2,5 mètres et une hauteur moyenne d'environ 2 mètres (entre 1,4 et 3 m), avec une inclinaison de 12,5% vers l'Italie pour faciliter l'écoulement des eaux. Son dimensionnement permettait de faire passer des mulets bâtés et des hommes courbés.

On imagine aisément la difficulté de son percement pour l'époque (abattage au marteau et à la pointerolle, c'est à dire à la main - pioche et barre à mine !).

 

Un tunnel transfrontalier stratégique

En 1494, Charles VIII serait passé par le tunnel pour mener son expédition en Italie. Certainement qu'une partie des troupes ont emprunté ce petit tunnel.

En 1499, Louis XII serait passé par le tunnel pour conquérir le Milanais par la Traversette. Là aussi, certainement qu'une partie des troupes ont emprunté ce petit tunnel, on imagine mal un passage massif compte tenu de l'étroitesse du Tunnel. A moins que cela ne soit via le Col de la Traversette.

En 1504, décès de Louis marquis de Saluces : les échanges périclitent et le passage se détériore.

En 1515, François 1er fait débarrasser les éboulements du tunnel et réparer les routes d’accès.

En 1588, Charles-Emmanuel 1er de Savoie se rend maître du marquisat de Saluce (le marquisat de Saluces est alors rattaché à la Savoie), et fait boucher le tunnel par ses troupes.

Le tunnel sera ensuite à plusieurs reprises ouvert puis refermé jusqu'au milieu du 19ième siècle, pour des raisons politiques, militaires, mais aussi en raison d'éboulements. Il fut ainsi réparé à plusieurs reprises notamment sous le 1er empire au 19ième siècle.

1803 : quelques travaux de déblaiement sont entrepris

1821-1856 : le tunnel est impraticable

1856 : travaux d'entretiens menés par la commune de Crissolo, suite à la demande du marquis Caretto, intendant de Saluces

1878 : nouvelles réparation, mise en place d'une main courante en fer pour se guide plus facilement dans l'obscurité. Le passage est toujours obstrué côté français à cause de la neige au printemps et parfois jusqu'en juillet, freinant les échanges commerciaux.

Il revêt une importance historique car c'est par lui qui passent d'intenses échanges commerciaux entre France et Italie, et il se situe aux frontières de deux pays.

 

La redécouverte au 20ième siècle

Le Pertuis du Viso a été redécouvert par les alpinistes dans les années 1900, puis restauré en 1907 avec pause d'un garde-corps sur toute sa longueur, grâce au concours du Club Alpin Italien (CAI), et du Touring Club Français. Sa réouverture a été officialisée le 25 Août 1907.

Une dernière grosse restauration aurait eu lieu durant la seconde guerre mondiale. Ce "tunnel du sel" a été aussi notoirement une route de contrebande jusque dans les années 50.

Des restaurations ont eu lieu dans les années 70 financées par le Lions Club de Turin.

En 1997, le Parc Naturel Régional du Queyras et les communes de Ristolas et de Crissolo engagent des travaux afin de rendre à nouveau praticable le tunnel aux randonneurs. L'inauguration a lieu le 29 septembre 1997. Il est alors parcouru pendant la période estivale par les randonneurs qui font le Tour du Mont Viso (TMV).

En 1998, une nouvelle restauration est effectuée à l'initiative des Rotary Club de Saluces et d'Embrun.

 

Des travaux et des fouilles en 2014

A noter que des travaux ont été menés entre Août et Octobre 2014, et qui permis de :

  • dégager et la consolider les deux entrées (surtout côté France) : sécuriser et permettre le passage des randonneurs (côté français, il était sujet à des cônes d'éboulis de pierre, charriés lors fonte des neige et de fortes pluies)
  • sécuriser et réhabiliter le passage original historique : protéger la structure historique de l'ouvrage des dégradations des phénomènes naturels

Concrètement, côté Français a été posé un dôme en béton, afin de protéger l'entrée des chutes d'éboulis. Des pierres/lauzes ont ensuite été apposées sur ce dôme, afin qu'il retrouve son apparence historique.

En Août 2014 ont été menées des fouilles archéologiques sur ce site historique, mais aucune découverte majeure n'a été réalisée (on pensait y retrouver des pièces, outils ayant permis sa construction ou son exploitation).

L'inauguration du tunnel rénové a eu lieu le 15 octobre 2014. Voici une vidéo réalisée par la Région du Piémont, à l'occasion de sa réouverture, et qui vous permettra de mieux comprendre l'ouvrage du tunnel

 

 

Le tunnel de la Traversette : le nouveau point de passage officiel du TMV - Tour du Mont-Viso et du Trail du Mont-Viso

Les travaux de 2014 ont permis d'améliorer le balisage pour le Grand Tour du Mont Viso (GTMV), la Via Alpina et le Tour VTT du Mont-Viso, qui passe maintenant par le tunnel au lieu du Col de la Traversette comme auparavant (ce qui a permis d'obtenir des subventions européennes au passage).

A noter qu'à compter de 2015, le Trail International du Mont-Viso (TourMonviso Trail) repasse dans le tunnel ! Surveillez en haut à droite la date de l'événement.

 

Le sentier des contrebandiers

Le Tunnel se situe sur le Sentier des Contrebandiers, mis en place à compter de l'été 2015. Le Tunnel a servi aux échanges de toute sorte pendant des siècles: dès ll'été 2015, Queyras et Piémont ont souhaité remettre à l'honneur (démarche Pas.Si) quatre grands points de passage des échanges commerciaux ou de contrebande du Queyras : Col Agnel, le Col de Saint-Véran, le Col Longuet et bien sûr le Col de la Traversette.

 

Bref, si vous souhaitez vous dépayser et découvrir quelque chose de différent dans le Queyras, c'est là qu'il faut être. Situé dans la Réserve Nationale Ristolas Mont-Viso, c'est un site hautement historique pour les vallées italiennes et queyrassines, qui a marqué les échanges commerciaux entre Provence et Italie pendant de nombreux siècles. N'oublie pas votre lampe torche, le tunnel est naturel c'est à dire non éclairé ! Idéal pour ceux qui sont à la recherche de randos insolites, et pour les randonneurs qui effectue le TMV (Tour du Mont-Viso). Le randonneur ira quand même voir les pierres gravées au Col de la Traversette, l'occasion d'avoir une vue magnifique sur le Viso.

Tous les commentaires (0)

 
Résumé
Personne n'a encore laissé de commentaires ici. Lancez-vous !
Marc DESROUSSEAUX
Membre depuis : 11/07/2014
Ristolas France

Carte d'Accès