• Chateau-Ville-Vieille | Chateau-Queyras
Un château du 13ieme siècle remodelé par Vauban.

Appelé communément "Château-Queyras", il surplombe entre 1350 et 1400 mètres d'altitude, depuis son verrou glaciaire, le village du même nom, au sein de la commune de Château-Ville-Vieille, et ainsi que le Guil.

 

 

Un site inscrit aux monuments historiques

Le piton rocheux de Fort Queyras, "Quariatum", très proche du celtique "cair" (rocher), a vraisemblablement donné son nom au Queyras (piton rocheux quadrangulaire).

Ce rocher sur lequel s'élève Fort Queyras est protégé car inscrit aux monuments et sites naturels des Hautes-Alpes, par arrêté ministériel du 22 novembre 1937, afin de le protéger de toute exploitation commerciale ou dégradation.

A noter que Fort Queyras fait partie du réseau Sentinelles des Alpes crée par l'association Grande Traversée des Alpes : ce réseau regroupe les fortifications les plus remarquables des Alpes " empreintes singulières dans les paysages alpins, et qui sont autant de traces d’une histoire riche et surprenante entre le Royaume de France et les Etats de Savoie".

 

Première édification de Fort Queyras

Fort Queyras a été construit au moyen âge ( vraisemblablement aux 11ième et 12ième siècles pour les versions primitives, sans qu'on le sache vraiment).

La première trace de son existence est trouvée dans les archives des enquêtes delphinales de 1265, où l'on parle d'un château "castrum Quadracii" dont l'entretien est reparti entre les communautés du Queyras

  • Il est alors rattaché à la Province du Dauphiné, sous l'ancien régime : c'est ainsi un chateau delphinal (qui apparatient au dauphin du Dauphiné et donc au dauphin fils aîné du Roi de France)
  • c'est une enceinte quadrangulaire située au sommet de la butte de Chateau-Queyras
  • il marque l'autorité du châtelain du lieu et permet de défendre la vallée contre les pillards remontant de Provence.

Fort Queyras représente donc la capitale militaire et administrative du Queyras au Moyen-âge.

 

Etapes historiques de la construction de la citadelle Fort Queyras

Il a subit ensuite plusieurs évolutions successives :

  • entre 1339 et 1371 : des travaux permettent d'étendre son emprise sur la globalité de son éperon rocheux : il devient une véritable forteresse. A noter qu'Abriès est également une place-forte mais secondaire pour protéger le territoire du châtelain.
  • entre la fin 14ième siècle et milieu du 15ième siècle : des travaux d'améliorations de la vie interne sont effectués  : réfection des murs, construction d'une citerne et d'un moulin, ajout d'une prison. Il devient une forteresse habitée par son châtelain (ou son lieutenant) et sa famille
  • Entre 1614 et 1628 : des travaux sont ordonnés par le Duc de Lesdiguières.
    • Suite à l'assaut du château en 158, le château historique est partiellement démantelé pour être renforcé et modernisé pour mieux protéger la vallée de l'aval.
  • 1693-1740 : fortification par Vauban
    • En 1692, assiégé par les troupes du duc de Savoie, Château-Queyras résiste.
    • Vauban le visite en 1692 et 1700, afin de le remanier et d'en faire une véritable place forte appliquant ainsi les meilleures défenses au standard du maître des citadelles.
    • Des travaux successifs à partir de 1693 et jusqu'en 1740 seront menés pour réaliser le projet Vauban, et permettront d'y ajouter :
      • la grande enceinte au nord-est avec escarpes et contre-escarpes, fossé, bastions, courtines, et demi-lunes. L'enceinte originelle est par ces travaux doublée d'une grande enceinte
      • une nouvelle enceinte est construite sur la face Est.
      • une petite enceinte sur le front ouest, finalement plus limitée et bien moins imposante le projet initial de Vauban
    • Fort Queyras devient ainsi un poste avancé permettant d'observer les envahisseurs éventuels et permet à Mont-Dauphin et Briançon de se préparer, pour verrouiller efficacement l'accès à la vallée de la Durance.
  • Fortification au 18ième siècle
    • En 1791, la place forte est encore améliorée, via la construction de 4 redans sur le front Est (côté Sommet Bucher), accessible par un grand escalier, et de batteries casematées.
  • Améliorations au 19ième siècle
    • de 1820 à 1830 travaux d'amélioration des conditions de vie ;
    • en 1841 construction de 2 batteries de 5 casemates à la Haxo
  • Fortification au 20ième siècle :
    • en 1922 et 1932, construction de casernes sur le plateau ouest

 

Quelques faits historiques du Fort

  • Passage des Dauphins de Viennois Jean II en 1310 et Humbert II en 1334 : de grandes fêtes sont organisées au Chateau (Le Dauphiné de Viennois est un féodal du Saint-Empire Germanique qui a existé de 1142 à 1349, et qui comprenait les Hautes-Alpes actuelles)
  • 1343 Humbert II promulgue la Charte des Escartons, afin de sécuriser ses rentrées d'argent
    • création de la république des escartons, qui regroupe 4 châtellenies (Briançon, Château-Dauphin, Oulx et Queyras)
    • promulgation d'une charte des Escartons qui encadre les rapports financiers entre le Dauphin et les communautés de l'Escarton (rente régulière).
  • 1349 : Humbert II vent le Dauphiné au Roi de France pour payer ses dettes. Le Dauphiné est rattaché au Royaume de France. Fort Queyras appartient ainsi désormais au Roi de France, plus exactement de chaque fils aîné du Roi de France, que l'on appellera dès lors Dauphin de France
  • 1368 et 1369 : des nobles procençaux ravagent la vallée de la Durance et inquiète Chateau-Queyras. Les défenses du chateau sont alors renforcées
  • 1574 : le Queyras est envahi par les réformés protestants
  • 1587 : conquête du chateau par les troupes protestantes de Lesdiguères (présence d'une inscription dans le village rappelant ce fait d'arme) : c'est la première fois de son histoire que le château tombe ! Auparavant Lesdiguières, Lieutenant Général , chef des Huguenots du Dauphiné, avait pris Embrun
  • 1598 : promulgation de "L'Edit de Nantes", le calme revient dans un Queyras désormais aux 2 1/3 protestant.
  • 1685 : Révocation de "l'Edit de Nantes", reprise des troubles, départs progressif des protestants du Queyras (la vallée perd progressivement la moitié de ses habitants)
  • 1692 : le château résiste aux assauts des troupes protestantes, anglaises et du Duché de Savoie, via un stratagème. Un adolescent est envoyé incendier le village. Les assaillants fuient. Reprise par Catinat, reconversions partielles au Catholicisme
  • 1692 : passage de Vauban suite à cette invasion, puis de nouveau en 1700 : son inspection a permis de lancer dans la foulée des travaux de renforcement assez conséquent, afin de le rendre inviolable
  • 1713 -Traité d'Utrech conclu entre la France et la Grande Bretagne sous Louis XIV
    • re-définition des frontières du royaume de France
    • Cession des trois Escartons piémontais (Château-Dauphin, Oulx et Pragelas) à la famille de Savoie : la situation stratégique de Château-Queyras s'accroit
    • Fort Queyras symbolise le pouvoir royal et son rôle est de protéger le Queyras des assaillants en provenance du Piémont italien.

 

Le désarmement de Fort Queyras

Fort Queyras est désarmé entre 1940 et 1944, puis inscrit aux monuments historiques en 1948 (mais partiellement  : seules l'enceinte et extérieur des bâtiments sont inscrits M.H).

Encore utilisé par les colonies de vacances dans les années 50, il sera vendu par l'armée en 1967 pour devenir une propriété privée. Depuis, différents propriétaires se sont succédés.

 

Principaux Bâtiments du Château

  • le donjon (partiellement démoli en 1791, afin de lui retirer la partie haute jugée trop vulnérable)
  • la chapelle Saint Louis
  • des casernes, les dernières construites dans les années 30
  • des casemates (en 1841 construction de 2 batteries de 5 casemates à la Haxo)
  • une poudrière et boulangerie (construites entre 1782 et 1790
  • un arsenal,
  • une manutention
  • un hôpital
  • des magasins pour les vivres et les matériels du génie ou de l'artillerie.

 

Ingéniosité de l'alimentation en eau du Fort

A noter que son alimentation en eau est effectuée via deux systèmes :

  • la récupération des eaux de pluies, stockées dans une citerne construite (dans la roche par le feu) entre 1398 et 1420
  • le canal provenant de Meyries, mis en place en 1770, captant l'eau via des chenaux en mélèze, qui par gravitation descend de Meyries puis remonte au château

 

Un lieu de tournage de films et d'émissions télévisées

Emblématique du Queyras, imposant sur son piton rocheux surplombant le Guil, il a servi de lieu de tournage :

  • pour le film "Le Bossu" d'après le roman de Paul Féval, tourné par Philippe de Broca en 1997 au Fort : avec comme acteurs principaux Daniel Auteil (Lagardère), Fabrice Luchini (Philippe de Gonzague), Marie Gillain et Vincent Perez. Une tirade célèbre du film : "Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi", des combats, des repas et le mariage du conte de Nevers sont les scènes les plus célèbres tournées dans le Fort
  • pour les épreuves du jeu télévisé "la carte aux trésors" des 6 juillet 2004 (Hautes-Alpes) et 3 septembre 2008 (Briançonnais).

 

Les animations au château

  • L'été, des animations pour petits et grands sont organisées, et permettent de replonger dans l'ambiance médiévale :combats, danses
  • Chaque année au 15 août, un feu d'artifice est tiré depuis le fort : à ne pas manquer !
  • Au pied du château, vous trouverez des points de départs de randonnées, mais aussi une belle via Ferrata et les départs des parcours de rafting/kayak sur le Guil.

 

Bref, un site incontournable du Queyras, un lieu historique dont le symbole est très fort dans le coeur de Queyrassins. Vous ne le manquerez pas , à visiter !

Marc DESROUSSEAUX
Membre depuis : 11/07/2014
Ristolas France

Carte d'Accès