• Ristolas | Echalp
(0)
Un haut lieu historique d'accès à l'Italie, idéal pour les randonnées en famille avec enfants.

Cette randonnée très familiale est très sympathique : la montée vers le Col Lacroix est courte (2 heures) et progressive, et elle permet de mettre un pied de l'autre côté de la frontière italienne sur le secteur de Ristolas après moins de 600 mêtres de dénivelé ! La rando peut être effectuée aussi l'hiver en raquette à neige.

NB : les photos présentées ici ont été prises fin octobre, permettant d'apprécier les couleurs d'automne dans le Haut-Guil.

 

Le point de départ de la rando au col Lacroix

Le point de départ de la marche est l'église de l'Echalp : au panneau indicateur en face de la fontaine, prendre le chemin GRP Tour du Pain de Sucre qui passe derrière l'Eglise. Le sentier débute assez séchement, afin d'acquérir une altitude de départ : elle vous permettra d'apprécier la vue sur la vallée du Haut-Guil (Ristolas/La Monta/l'Echalp) et la Taillante. Les premiers lacets ne durent pas bien longtemps, juste le temps d'acquérir l'altitude pour entrer dans la foret de Praroussin.

NB : il est possible de partir de la Monta (itinéraire de montée de 2h00/4km). Ici nous préconisons de partir de l'Echalp pour revenir par la Monta, permettant ainsi d'apprécier une plus grande variété de paysage. Ce sens départ Echalp/arrivée La Monta est aussi plus sympathique.

 

Montée en forêt vers le Col Lacroix

Une fois dans la forêt, le sentier est un délice. Ombragé, il permet d'apprécier les senteurs des sous-bois de Mélèzes, agrémentée de quelques Pins Cembro. Les passionnés de flores détecteront les Airelles, la Myrtille, le Mélampyre des bois et quelques orchidées remarquables.

Ce tronçon se termine dans une clairière, au bord d'un ruisseau : idéal pour la pause encas / boisson des enfants, voire recharger sa gourde, au frais.

La clairière dépassée, une dernière barre rocheuse est traversée par le sentier, avant d'accéder au vallon du col lacroix : le sentier est alors ultra progressif, le randonneur quitte les derniers arbres pour ensuite découvrir progressivement le vallon du Col Lacroix, avec le col sur la gauche en ligne de mire.

Là, plus en hauteur, vous aurez une belle vue sur les montagnes environnantes et la vallée du Haut-Guil. Le sentier surplombe le torrent de Combe Morelle, à flanc de prairies de rhododendrons (floraison début juillet), accompagnées de Saule helvétique et de Primevère à larges feuilles. Superbe !

Proche du sommet, vour observerez aisement, situées de l'autre côté du torrent de Combe Morelle, les ruines du Refuge Napoléon III. Celui-ci mériterait, tout comme les autres restes de Refuge (Col Agnel), une bonne restauration.

Le vallon de Combe Morelle est très vert, le chemin un délice, laissant ainsi le temps de profiter des couleurs et du contraste pentes vertes / ciel bleu, façon fond d'écran windows98 ! Le sentier traverse ce torrent pour arriver dans des prairies vertes, arrosées de petits ruisseaux, sous le col.

Le col, situé à 2299 mètres d'altitude, est muni d'un ancien poste frontière en pierre (il a été renové il y a quelques années mais est de nouveau en ruines), et d'une croix.

De là, vous aurez un superbe panorama sur l'Italie (sous réserve que ce soit découvert, il n'est pas rare d'avoir de la nébia).

N'oubliez donc pas de prendre un coupe vent et une polaire, pour parer à tout changement de température (il est loin d'être rare que la nebbia déborde côté français). Côté eau, vous traverserez de nombreux ruisseaux, où le ravitaillement est possible.

Descendez quelques centaines de mètre côté Italie, vous serez sous le vent : idéal pour se pauser et prendre le pique-nique. Vous pourrez apercevoir de là le Mont-Viso, en guise de panorama.

 

Le Col Lacroix : un peu d'histoire

Le Col Lacroix ( Colle della Croce en Italien ) a été pendant de nombreux siècles un haut lieu de passage et d'échange depuis le Queyras avec le Val Pellice :

  • Au début du 13ième siècle, la route du col Lacroix est un axe de circulation suffisamment important pour qu'un refuge y soit bâti en 1228
  • La carte de Cassini montre qu'au 18ieme siècle, l'itinéraire du Col Lacroix était LE grand itinéraire pour rejoindre le Piemont et la vallée vaudoise de la Varaita.
  • Le Refuge Napoléon a été construit entre 1857 et 1858. qui a été détruit par les Ristoulins pendant la guerre de 39-45 afin que les allemands ne puissent pas y séjourner (les villages d'Abriès et Ristolas étant bombardés depuis le col).

Jusqu'au début du 20ième siècle, le sentier du Col Lacroix était un grand chemin d'échange entre France et Italie : une vraie route commerciale, et de contrebande ! Italiens et Français sont ainsi très liés. Chaque année, une rencontre est organisée en haut du Col pour fêter cette amitié.

 

La petite histoire du tunnel du Col Lacroix

Le percement d'un tunnel au Col Lacroix a fait débat depuis le milieu du 19ième siècle :

  • 1851, quelques années avant l'ouverture de la route Guillestre/Abriès à travers les gorges du Guil, le Gouvernement Sarde italien établit un projet visant à établir une liaison routière entre la vallée du Pellice et celle du Guil
  • Le projet travaillé de manière avancée avec les Italiens prévoyait la mise en oeuvre d'une liaison routière ou ferroviaire entre la Haute-Durance (Queyras, vallée du Guil) et la vallée du Val Pellice (Italie), pour permettre de rejoindre Pignerol. La finalité était de créer la liaison la plus courte entre Marseille et Turin.

 

Le projet a été sans cesse différé, pour des raisons politiques, stratégiques ou financières: 

  • Plusieurs études ont été menées, certaines prévoyant une liaison ferroviaire, d'autre une liaison routière, certaines même la construction d'un barrage côté Italien avec dérivation du Guil en échange du financement intégrale par les italiens du percement du tunnel.
  • Le projet a l'appui officiel des différentes collectivités locales, ainsi que l'appui fort des Chambres de Commerce de Marseille et de Turin.
  • Les guerres de 1870, 1914-18, 1939/1945 impactent/stoppent le projet.
  • 21 Juillet 1963, l'association des maires des Hautes-Alpes organise une manifestation populaire franco-italienne au pied du col, à l'Echalp, à l'emplacement prévu pour l'entrée du futur tunnel. Une réunion à Aiguille acte le fait de demander des aides à la Commuanauté Européene au titre des régions transfrontalière défavorisées. suite aux inondations de 1957, les français avaient agrandis considérablement la route du Guil. Plusieurs miliers de personnes sont présents à la manifestation. De premiers coups de pioche symboliques sont portés à l'entrée du futur tunnel, avec la présence de la radio, la Télévision.
  • Les discussions sur l'opportunité d'un tunnel reprennent : objections, contre-objections, certains arguant que ce projet est purement local et n'améliorerait que très peu le trajet du Montgenevre. D'autres mettent en avant le côté stratégique du projet, permettant de relier le Languedoc, le Roussilon, le Sud Ouest de la France et la Péninsule Ibérique à la plaîne du Pô, et au déla l'Europe centrale et orientale. Bref, un vrai axe international. Les italiens projettant même de construire une grande station de ski de classe internationale côté Pra.
  • Octobre 1964 constitution d'une société d'étude pour l'ouverture du Col Lacroix et la création de liaisons rapides entre la Provence et le Piemont, sous la présidence du président de l'Automobile Club de Marseille. Les commununes du Queyras (ex: Ceillac) votent une prise de participation dans cette société, voyant enfin un avenir au développement économique du Queyras.
  • Dès 1965 de premiers travaux sont prévus côté italien à Bobbio Pellice et Villanova. le tunnel prévu est de 3,3 km très similaire à celui du Mont-Blanc, dont le coût est déja répartie entre français et italiens. La cible est la création d'une société d'économie mixte franco-italienne, avec instauration d'un péage. Durée de construction prévue : 5/6 ans.

Finalement le projet n'aboutira pas, chacun attendant que le voisin commence ses travaux. Domage? Certainement pas pour la préservation de la nature.

Finalement la création du Parc Naturel du Queyras sera la porte de sortie du développement économque du Queyras. Avec lui, des objectifs de préservation de l'environnement prévaudront.

Aujourd'hui, en 2015, le projet de liaison ferroviaire via le Montgenèvre est au stade avancé :  le président de Région Michel Vauzelle vient de relancer le 10 juin 2015 l'Etat pour que lancer le débat public (le projet est inscrit au plan Etat-Région 2015/2020) , les pré-études et scenarii associés ayant été finalisés.

Ouf, vous auriez eu un tunnel sous les pieds lors de votre rando ! Pas sûr que vous ayez pu observer les rhododendrons de la Combe Morelle ! Alors profitez-en ;-)

 

L'itinéraire retour depuis le Col Lacroix

Nous préconisons de prendre, au panneau Sous le Col 2285m, la direction La Monta, afin de profiter d'un superbe panorama sur le Haut-Guil. Ceci permettra aussi de passer devant les Ruines de l'ancien refuge Napoléon, et de découvrir, après être passé devant la cabane de berger et une bergerie, le Bois des Hauts Gays : ce sentier est une variante du GR58 Tour du Queyras, qui passe par l'Italie pour rejoindre le Col d'Urine. C'est d'ailleurs le sentier muletier historique de la Route du Piemont.

En fin de sentier, à proximité de la Monta, vous pourrez rejoindre la route, le sentier arrivant entre l'Echalp et la Monta. Cela allonge la durée de descente de ... 10 mn supplémentaires seulement !

 

Les randonnées alternatives depuis le Col Lacroix

  • Il est bien sûr possible de redescendre par le même chemin, mais le retour par la Monta tel que présenté permet d'apprécier une plus grand variété de paysage, avec de superbes vues sur le Haut-Guil.
  • A l'inverse, il est aussi possible de partir de la Monta ;-)
  • Il est possible de descendre côté Italien, pour aller tester les pates au Pra (Ciabot del Pra). Cette poursuite est néanmoins à emprunter avec des marcheurs courageux, la remontée Italie vers Col Lacroix est pitoresque, progressive mais avec de belles pentes. ne pas trop manger de pâtes, donc !
  • Depuis la conque du Pra, possibilité de remonter vers le Col Sellière, et de rejoindre le Belvédère du Viso pour revenir via la Roche Ecroulée
  • Dernière belle alternative de randonnée: rejoindre le Pic du Col Lacroix (2540m), poursuivre jusqu'au sommet de Praroussin (2675m), et redescendre par les Crêtes de Praroussin (réservé aux bons marcheurs n'ayant pas peur du hors sentier)

 

Bref, un itinéraire historique, une rando familiale sur le secteur Ristolas/Haut-Guil, qui permet de dire aux enfants qu'on va en balade en Italie ! Les randonneurs bons marcheurs ne doivent surtout pas se priver de descendre côté Italie jusqu'au Pra, et de passer un bon moment à table avec les Italiens, ou bien de poursuivre en remontant vers le col Sellière pour repasser côté France (en dormant au Refuge Jervis ou en Bivouac si nécessaire).

Personne n'a encore laissé de commentaires ici. Lancez-vous !
Marc DESROUSSEAUX
Membre depuis : 11/07/2014
Ristolas France

Carte de l'Itinéraire