• Date : 06/07/2015
  • Lu : 2 199 Fois

Un point sur les autres alternatives d'accès au Queyras

Un affaissement de la montagne rend impraticable le Tunnel du Grand Chambon. Etat des lieux.

La route Grenoble-Briançon par le Lautaret a été coupée le 10 Avril 2015 par l'effondrement de la voute du Grand Tunnel du Chambon. Après quelques explications, voyons quelles sont les alternatives pour rejoindre les stations villages du Queyras (Abriès, Aiguilles, Arvieux, Ceillac, Château-Ville-Vielle, Saint-Véran, Ristolas, Molines et Guillestre/Vars/Risoul) par la route mais sans passer par le Col du Lautaret. Les institutionnels ont en effet mis en place des dispositifs particuliers pour l'été 2015 et l'hiver 2015/2016.

 

[MAJ 16/07/2016] : cet article a été mis à jour par un article dédié pour cet été 2016 : Grenoble Briançon RD1091/RS1091 : un accès facilité pour cet été 2016, un point sur la situation des travaux du nouveau tunnel du Chambon et la réouverture de la route Grenoble Briançon.

 

Un bref rappel des faits

Le 10 Avril 2015 après-midi les services de l'état ont été contraints de fermer à la circulation la RD1091, fermant ainsi l'accès à la vallée de l'Oisan depuis les Hautes-Alpes, et inversement bloquant l'accès direct à la Haute-Romanche, la Grave, Villar d'Arène, le Lautaret et Briançon depuis l'Oisan et Grenoble. 

En effet, des mouvements géologiques importants ont été observés, fragilisant la structure même du tunnel du Grand Chambon : la voute du tunnel commençait à s'effondrer.

Rapidement les services de l'état ont ordonné le lancement de travaux de confortement. Malheureusement, les mouvements de la montagne se sont amplifiés progressivement.

Si dans un premier temps une ouverture au 1er juin a été annoncée, celle-ci a été décalée au 15 juin, puis 10 juillet, avec une promesse que la route serait opérationnelle pour le passage du Tour de France.

Des travaux de renforcement de la structure du tunnel ont été lancés, après quelques études préalables. Les esprits se sont échauffés, de multiples réunions publiques ont été organisées, sans qu'elles puissent rassurer les habitants de ces vallées.

Les préfectures ont mis en place des navettes fluviales, certains habitants ont testé le chemins de montagne, ajoutant au stress la fatigue physique. D'autres ont lancé la construction d'un chemin alternatif, exténués par l'attentiste des services de l'Etat. Bref, une situation intenable.

Les travaux de confortement ont finalement dû être stoppés le 23 juin en raison de l'ampleur croissante des mouvements de falaise. Les gendarmes ont alors sécurisé l'accès aux lieux, tant côté route que côté lac.

Pendant ce temps là, c'est à dire depuis 3 mois, plusieurs communes sont coupées d'un axe majeur, et au delà, tous les acteurs économiques sont asphyxiés.
 

Un point sur la situation actuelle (juillet 2015)

Les experts ont annoncé la chute de 800 000 mêtres cubes de falaise dans le lac pendant le week-end du 4 et 5 juillet. Les habitants de la vallée de Haute-Romanche se sont inquiété par la vague générée par la chute d'une tel cubage de roche dans le lac. EDF a rassuré en expliquant que la falaise allait générer une vague sur la berge opposée, et non pas sur le barrage lui-même.

Finalement, une petite partie seulement de la falaise s'est éfondrée dimanche 5 juillet dans le lac. La suite viendra sûrement, mais a priori ce sera progressif. De quoi agacer les habitants des vallées concernées, et au-delà, tous les Hauts-Alpins. En effet, cette voie d'accès est majeure pour l'économie du département.

Les navettes fluviales étant impossibles dans ces conditions, la préfecture des Hautes-Alpes a mis en place une navette hélicoptère (pont aérien) pour les 80 habitants de la Grave et de Villar d'Arène qui doivent se rendre à leur travail tous les jours sur Bourg d'Oisan. A défaut, il leur restait à prendre les sentiers de montagne (40mn de marche) !

 

Le résultat d'un sous investissement chronique pendant les décennies passées?

On mesure alors l'impact de non-investissements dans les accès au département. Si on ne peut maîtriser la montagne, la présence d'une A51 finalisée aurait permis de réduire l'impact. Pareil pour les lignes de trains dont la régularité fait défaut, et donc l'existence même est posée (l'état devrait donner plus d'informations sur le Paris Briançon ces jours ci).

Le président de Région Michel Vauzelle a d'ailleurs relancé fin juin l'Etat pour l'accélération du projet du tunnel de Montgenèvre, réclamant un Grenelles des Alpes...

 

Les actions mises en place par l'ADDET et le CDT PACA pour la saison touristique de l'été 2015

Le comité départemental du Tourisme des Hautes-Alpes (ADDET) et régioanal (CDT PAca) ont cherché à mobiliser la solidarité des habitants des Hautes-Alpes.

Une communication spécifique a été mise en place pour la saison touristique.

En effet, les villages impactés sont toujours accessibles, le Lautaret aussi : pourquoi se priver de bonnes randonnées ou d'une visite sur le glacier de la Meije?

 

Comment rejoindre cet été le Queyras sans passer par le col du Lautaret?

Pas de panique.

Si vous venez du Sud, vous n'emprunterez de toute façon pas le Col du Lautaret, mais l'A51 via Tallard pour rejoindre Gap.

Si vous venez du Nord, c'est là que la situation se corse : il est difficile de rejoindre Briançon. Vous avez plusieurs alternatives, par ordre de croissant de simplicité  :

  • la RN85 Grenoble Gap via Bayard (Route Napoléon - c'est notre route préférée), puis la RN94 Gap-Briançon
  • l'A51 jusqu'à Luce la Croix Haute (la seule partie de l'A51 construite depuis Grenoble), pour rejoindre ensuite Gap, mais vous aurez un petit paysage
  • Le tunnel de Fréjus pour rejoindre ensuite par l'Italie le Col de Montgenèvre, un tarif spécifique a été négocié jusqu'à la Toussaint, mais avec un process compliqué qui passe par les OT & Hébergeur (il est nécessaire de se faire envoyer les éléments par courrier préalablement, en montrant patte blanche). Pour l'hiver 2015/2016, un nouveau dispositif bien plus simple a été mis en place (voir plus bas)
  • Le Col du Galibier (attention si vous êtes en caravane, belles pentes, vérifiez que ça passe), couplé éventuellement avec le Col de l'Izoard, qui sont ouverts jusqu'à l'automne
  • Le col Agnel, qui est ouvert lui-aussi jusqu'à l'automne !

Dans tous les cas, les parcours pour rejoindre le Queyras sont rallongés de plus d'une heure (si tout se passe bien et sans pause).

 

Quelle est la solution pour la saison d'hiver?

Les experts et autorités ne peuvent prévoir si le tunnel pourra être réparé d'ici l'hiver et si la route sera réouverte à court terme : la falaise ne s'est pas encore affaissée,  il faut attendre que le pan de montagne tombe pour ensuite en voir les impacts sur la route, le tunnel et sa structure.

Construire une route alternative serait possible, mais elle serait alors en zone avalancheuse. A suivre... et on est très inquiet pour l'activité économique de la Haute-Romanche.

[mise à jour 30/12/2015] : voir notre article dédié à la Route d'accès de secours du Chambon RS1091 qui est réservée à la population locale : il faut passer soit par Bayard ou Luce-La-Croix-Haute ou par le tunnel du Fréjus couplé au Montgenèbre (voir le tarif spécial PASS Fréjus qui a été mis en place pour cet hiver , accessible en paiment en ligne).

[mise à jour 24/04/2016] : le tarif spécial négocié du Pass Fréjus 2016/2017 ont été reconduit et officialisé pour la période 01/05/2016 - 30/04/2017 : voilà l'été 2016 et l'hiver 2016/2017 couverts.

 

Il vous reste à prendre votre mal en patience, en restant prudents sur la route et en pensant à la beauté des paysages que vous aurez mérité en arrivant dans le Queyras ! A défaut de patience, il vous reste le train jusqu'à Gap/Briançon ou MontDauphin.

Tous les commentaires (0)

 
Personne n'a encore laissé de commentaires ici. Lancez-vous !