"Le pays où les coqs picorent les étoiles". "La plus haute commune d'Europe où est donné le pain de Dieu"

Quelques chiffres clef sur Saint-Véran

Altitude : 2050
Population : 266
Surface : 44,75 km2
Code Postal : 05350

 

Le Village de Saint-Véran est situé au fond de la vallée de l'Aigue Blanche, dans le Parc Naturel Régional du Queyras.

L'accès à Saint-Véran se fait depuis la bifurcation de Ville-Vieille : prendre la D5 en direction de Molines, pour ensuite rejoindre le Village de Saint-Véran. La route vous fera traverser les hameaux de La Chalp puis le Raux, avant de vous amener au pied du village de Saint-Véran, d'où vous aurez une superbe vue en contre-plongée du village.

Saint-Veran est le plus célèbre village du Queyras : une station village emblématique des Hautes-Alpes.

 

Saint-Véran, l'une des communes les plus hautes d'Europe

Beaucoup de communes et villes se revendiquent plus haute commune d''Europe. En réalité, tout dépend quel est le point de mesure : la mairie, l'Eglise, l'école, le dernier hameau du village, l'altitude moyenne ou le point culminant?

Dans le cadre de Saint-Véran, on pourrait prendre l'observatoire de Château-Renard, qui depuis les travaux de 2014, est ouvert à l'année.

  • Au sein du Parc Naturel Régional du Queyras, Saint Véran est la plus haute commune (mairie et église
  • En France, Val Thorens est encore plus haut, à 2300 mètres, suivi par Tignes (mairie à 2100m, église à 1790)
  • En Europe occidentale, d'autres villes et villages détrônent Saint-Véran au titre des plus hautes communes d'Europe :
    • Trepalle en Italie (Lombardie) - 2069m
    • Juf, sur la commune de Avers, en Suisse (Canton de Grisons) - 2133m
    • Pas de la Case, Andorre - 2219m
  • En Europe au sens large, certaines communes du Caucase sont encore plus hautes

 

Pour départager, le cadran solaire de l'église de Saint-Véran (2042m),  nous donne une réponse bien queyrassine !

  • La "Plus haute commune où l'on mange le pain de Dieu" (Lou Plus haouto coumunoutas inte se mangeu lou pan de Diou).
  • On passera sous silence le fait qu'il n'existe plus de moulin à Saint-Véran depuis les inondations de 1957. Il n'y a donc plus de farine produite localement.
  • mais sa réputation date de longtemps : on en parlait déjà au 19ième lorsque les grands alpinistes y passaient.

La commune a quand à elle choisit son slogan : "la commune où les coqs picorent les étoiles et où le ciel est à portée de main".

Au delà, vous serez charmés par la situation même du village :

  • bien orienté au soleil, orientation Sud Est,
  • s'étirant sur 1km à flanc de coteau sur les pentes de la montagne de Beauregard et au milieu des alpages,
  • plusieurs gradins en balcon permettent au village de s'étendre en hauteur.

 

L'un des plus beaux village de France

Le village de Saint-Véran est classé parmi les plus beaux villages de France. Dans les Hautes-Alpes, seul le village de La Grave en fait partie également. Pour être plus beau village de France, il faut être un village de moins de 2000 habitants et posséder sur son territoire au moins 2 sites ou monuments protégés (classés ou inscrits). A Saint Véran sont inscrits aux monuments historiques :

  • l'église datant de la fin du 17ième, inscription en 1973
  • les murs de soutènement du cimetière, inscription en 1987
  • un cadran solaire peint par le célèbre cadranier Zarbula (Quatier les Forannes) de 1840, inscription en 1996

Le chef lieu de Saint-Véran se trouve à 2042 m, autrefois appelé "le Travers", est divisé en 7 quartiers, chaque quartier ayant une fontaine, un four à pain et une croix de mission :

  • les Fontettes
  • les Forannes (où se situe le Musée du Soum)
  • la Ville (où se trouve l'Eglise)
  • Pierre-Belle
  • Le Villard (où se trouve le Temple protestant)
  • le Chatelet
  • Beauregard

La commune est aussi composée des hameaux suivants :

  • La Chalp
  • Le Raux

Il est prévu que Saint-Véran fusionne avec Molines-en-Queyras, suite à la réorganisation des territoires. Leurs liens étant anciens, cela ne devrait pas trop leur poser de problèmes, mais il paraît que c'est difficile !

Saint Véran a fait l'objet de nombreuses études, comme celles :

  • du célèbre géographe Raoul Blanchard (célèbre pour ses études sur les Alpes françaises) en 1909 ("L'habituation en Queyras") et en 1910 ("La vie à Saint Véran - monographie d'une commune de haute montagne"),
  • ou encore le célèbre photographe Robert Doisneau (1947) dans ses reportages sur les alpes pittoresques pour le magazine Regards.

 

L'histoire du Dragon de Saint Veran

Une légende liée à l'évèque de Cavaillon expliquerait le nom du village. Il aurait été fondé au 6ième siècle lors de l'épisode suivant :

  • Un féroce dragon aquatique (un couloubre aîlé) terrassait le Vaucluse, égorgeant et dévorant bêtes et hommes de toute la vallée, rendant toute vie impossible dans les campagnes. Il avait les yeux rouges et il vomissait des flammes
  • Sur demande de ses protégés, Saint-Véran,  évèque de Cavaillon, se rendit dans la caverne du dragon, située sur le chemin de la Fontaine de Vaucluse, muni d'une croix
  • Par miracle, le dragon sorti et se coucha à ses pieds. L'évèque lui ordonna de quitter les lieux, au nom du Christ. Il l'enchaîna et le traina jusqu'aux montagnes du Lubéron, en lui demandant de ne plus revenir en échange de sa liberté. L'évèque avait réussi à chasser le dragon de la Sorgue et à libérer ses protégés.
  • Celui-ci quitta la région, et finit sa course dans la montagne de Beauregard, certains pensant même que l'évèque avait empoisonné l'animal
  • Lors de son périple aérien, il laissa tomber quelques gouttes de sang, ce qui expliquerait qu'il existe 6 villages en Isère, Rhône et Saône-et-Loire portant le nom de Saint-Véran/Saint-Vérand.
  • Des bergers transhumants alertèrent les queyrassins de sa chute : ceux-ci donnèrent au lieu le nom de l'évèque de Cavaillon

Drôle d'histoire, comme les villages aiment bien en entretenir et véhiculer à travers les siècles.

A ne pas confondre non plus avec le vin blanc d'appellation d'origine contrôlée (AOC) Saint-Véran, cru de Bourgogne, produit autours de Saint-Vérand dans le Maconnais, en Saône et Loire !

 

Faits Historiques marquants

  • 1526 : incendie dévastateur. Le village a été ré-construit en rua (quartiers autonomes - chacun ayant un four à pain, sa fontaine et sa fruitière), afin de limiter les risques à l'avenir
  • 1773 : J.Sibille, ébéniste de Saint-Véran, réalise le meubel aux 8 serrures de la République des Escartons
  • 1856 : ouverture route des Gorges du Guil
  • 1870 : début du tourisme d'été et arrivée des alpinistes anglais (Wymper, Coolidge)
  • mars 1882 : incendie dévastateur au Raux (seules 17 maison sur 32 survécurent)
  • 1901 : incendie dévastateur à La Chalp
  • 1933 : l'architecte Jacques Couelle rachète le Chalet Montjoie aux Prats(Ville Vieille) et le déplace à Saint-Véran pour en faire un hôtel. Il souhaite développer un village de huttes en bois mais la guerre stoppera le projet. Les 3 huttes construites furent emportées par une avalanche en janvier 1978
  • 1934 : construction du premier hôtel (Le Beauregard)
  • 1936 : construction du premier téléski dit de Pré du Gueant, sur la route de Clausis. Inauguration à Noel 1937 :  il permet aux clients des premiers hôtels de Saint-Véran de pratiquer le ski alpin -  sport en vogue-  ils sont conduits en chevaux à traineaux. Début du tourisme d'hiver
  • 1952 : installation du Téléski du Bouticari : relance du tourisme d'hiver après-guerre
  • 13 juin 1957 : inondations générales
  • (à venir)

 

La création à Saint-Véran du Syndicat National des Accompagnateurs en Montagne (SNAM) en décembre 1979

Le 20 mai 1979 fut dissoute à Molines en Queyras  l'Union Nationale des Accompagnateurs de Montagne, réunie en assemblée extraordinaire. La profession était née sur l'initiative de plusieurs dont Jacques Cadier d'Arvieux, le concept avait été testé via un Tour du Viso 25 au 27 juillet 1970 avec 18 participants, et la création d'un programme de sorties accompagnées diffusé dans tout le Queyras programme le 21 Juillet 1970. Ces expérimentations permettent la création en 1976 du brevet d'état, l'union en assurait sa promotion, il fallait passer en mode syndical pour mieux en assurer sa défense.

Le 2 décembre 1979 fut crée le Syndicat National  des Accompagnateurs de Moyenne Montagne (SNAMM), à Saint-Véran. A l'époque, l'assemblée générale constitutive interdit aux accompagnateurs les randonnées en raquette à neige (par absence de législation sur la pratique) !

Remy Potey, le célèbre cadranier du Queyras, crée le premier logo  du SNAMM en 1986 à la demande du président de l'époque Pierre Putelat (1986/1988), célèbre photographe et guide du Queyras. En 1988 est crée l'association de promotion AEM (Accompagnateurs en Montagne), siège Queyras qui en 1989 établira son siège à Paris. Depuis la profession a évolué, en incluant le VTT, le canyoning, marche nordique, balade en âne de bat,voyages lointains, etc.)

A l'occasion du 30ième anniversaire et du congrès national du SNAM réuni à Brunissard, un cadran solaire fut inauguré le 19 novembre 2009 sur la façade de la mairie de Saint-Véran, avec la devise suivante : "Tu accompagnes le temps ... nous les hommes "

Voilà pourquoi aussi Saint-Véran est bien connu des montagnards.

 

Le coeur village et ses maisons traditionnelles à fustes

Le village de Saint-Véran est reconnu par son charme d'antan bien préservé. Il n'a en effet pas connu les affres de la guerre comme Abriès et Ristolas, qui eux, furent bombardés et perdirent leur caractère. 

Le coeur de village a très bien été conservé, et même bien mis en valeur par la municipalité. En vous promenant dans le coeur village, vous pourrez observer les anciennes maisons traditionnelles et certaines photo anciennes en noir et blanc prises au XXième siècle.

La maison traditionnelle de Saint-Véran (et de Molines) se caractérise par :

  • son soubassement en pierre : l'étable
  • des murs épais (50-70 cm) et fenêtre petites pour se protéger du froid
  • son bardage en mélèzes
  • ses fustes (fûts de mélèze empilés et entrecroisés aux angles) recouverts de bardeaux, sur plusieurs étages :
    • fenière/fenil juste au dessus de l'étable où est stocké le foin
    • les balcons extérieurs, généralement orientés Sud, pour faire sécher les récoltes à l'abri de la pluie
    • la grange et les greniers à fourrage ouverts en bois, où l'on stockaient aussi jadis les autres récoltes telles le seigle
  • son toit en bardeaux de mélèze, qui protège y compris les balcons
  • un bâtiment adjacent annexe appelé "le Caset", construit en pierre et recouvert de lauze de schiste, utilisé principalement l'été.

 

Sa construction est ingénieuse :

  • la maison a une triple fonction : maison, écurie pour les animaux, stockage des récoltes. Tout est à portée de main, pas besoin de se perdre en hiver dans la neige.

  • L'hiver, au rez de chaussée, la famille vit dans l'étable auprès des bêtes et chacun profite de la chaleur de l'autre,

    • l'air chaud remonte pour sécher les récoltes stockées dans les étages supérieurs

  • l'été, la famille occupe le caset attenant au corps principal de la maison

  • les maisons dans le village sont espacées pour réduire le risque de propagation d'incendies

 

La majorité des maisons de Saint Veran datent du 17 et 18ième siècle, et ont été rénovées avec passion par leurs propriétaires avec la volonté d'en préserver le charme et l'authenticité.

Le centre village a même été reconstitué à l'occasion de l'Exposition internationale de la Houille Blanche et du Tourisme de 1925 à Grenoble, à l'échelle 1, notamment :

  • sa chapelle dans les moindres détails,
  • plusieurs maisons rustiques, meublées et habitées par des figurants en costumes traditionnels
  • la voirie et la fontaine en bois

Le conservateur du musée dauphinois de Grenoble, Hippolyte Müller, avait en effet racheté de nombreux meubles et décors aux artisans et commerçants de Saint-Véran.

Plus récemment, la mairie et l'association Festi'Saint-Véran ont suspendu, tout au long du village et dans l'ensemble des quartiers, un ensemble de photographies anciennes en noir et blanc, afin que le visiteur se rende mieux compte comment était le village il n'y a pas si longtemps. Personnellement, nous trouvons que cela fait un peu trop kitch et nostalgique : un vrai musée ferait bien mieux pour expliquer et montrer le village autrefois.

Voilà encore pourquoi Saint-Véran est très connu.

 

 

Les autres monuments de Saint-Véran

  • son église avec son porche à colonnes et ses lions sculptés, ses statues de Saints sculptées en bois (chemin de croix sculpté par les habitants) et son retable en bois sculpté et doré de la fin du 17ième

  • son temple protestant (église réformée)

  • ses chapelles : Sainte-Marie-Madeleine, Sainte-Elisabeth, de Clausis, Sainte-Anne (le Raux), Sainte-Agathe (La Chalp)

  • ses nombreux oratoires (du Sacré Coeur, Saint-Antoine, Saint-Claude, Sainte-Vierge)

  • ses nombreuses croix de mission / croix de la passion : elles reprennent les instruments qui ont servi au martyr du Christ (deniers de Juda, clous, lance, tenailles, le coq de Pierre qui a trahi le Christ avant que le Coq n'ai chanté 3 fois, etc.)

  • sa trentaine de cadrans solaires dont plusieurs du célèbre cadranier Giovanni Francesco Zarbula, le peintre piémontais qui sillonna le Queyras et laissa un grand nombre de cadrans solaires décorés de maximes et de peintures de fleurs, d'oiseau et de marbres en trompe l'oeil

  • ses fours à pain

  • ses fontaines typiques en bois

 

Le Tourisme à Saint-Véran

Le village est actif toute l'année, avec deux saisons touristiques bien marquées :

  • l'été avec les nombreuses balades familiales et randonnées autours du village (Chapelle de Clausis, Lacs Blanchet, etc.), le grand itinéraire GR58 qui traverse le village et le GRP Tour de la Tête des Toillies, les nombreux circuits VTT et l'école d'escalade du Refuge de la Blanche
  • l'hiver avec la station de ski (domaine de Beauregard), et les nombreux itinéraires ski de rando et raquette à neige autours du Refuge de la Blanche.

 

Ne manquez pas les musées de la commune, qui sont tous intéressants :

  • L’exposition sur l’ancienne mine de cuivre en coeur village
  • Musée d'art et traditions queyrassines Le Soum, situé dans la plus ancienne maison de St Veran - construite en 1641 sous Louis XIII - permettant de comprendre comment on vivait encore au village au début du XXième siècle (meubles, outils, vêtements, organisation de la maisonnée,etc.)
  • La Maison du Soleil  (2016)
  • La Maison traditionnelle de Saint Véran (privé)

 

Autours du village, les sites à ne pas manquer :

  • l'ancienne mine de cuivre et la mine préhistorique de Clausis (il existe un chemin Grand Circuit de la Mine bien sympathique)
  • la carrière de marbre vert
  • le Grand Canal d'irrigation
  • le cirque de Clausis : la chapelle de Clausis (pèlerinages les 16 juillet et 8 septembre), le Lac de la Blanche
  • L'observatoire de Château-Renard, rénové en 2014 et ouvert dès Août 2015 au public pour une nuit étoilée inoubliable dans le ciel pur et lumineux du Queyras !
  • les Cols de Chamoussière, de Longuet, des Estronques, de la Noire et de Saint Véran
  • Les sommets Tête des Toillies, Pic de Caramantran et Pic de Château-Renard
  • Le sentier du Bois des Amoureux, pour rejoindre Pierre-Grosse/Molines

 

A noter :

  • Saint-Véran dispose du seul hôtel 4 étoiles du Queyras (l'Alta Peyra, qui dispose d'équipements bien sympathiques : spa, piscine - le tout au pied des pistes et en coeur village)
  • l'été une navette est mis en place l'été entre le village et la chapelle de Clausis : la route est en effet fermée à toute circulation.
  • le village n'est pas accessible aux véhicules (sauf livraison et résidents) : se garer en bas de village sur les parkings (payants l'été) prévus à cet effet

 

Carte de Saint-Véran

  • Trié par :
  • Date
  • Hits
  • Favoris
  • Faits
  • Nom
  • Défault

Ville : {{item.city}} | {{item.area}}
Type : {{item.type}}
Difficulté : {{item.difficulty}}
Durée : {{item.duration_view}}
Altitude (m) : {{item.elevation_end}}
Type : {{item.type}}
Altitude (m) : {{item.elevation_end}}
Type : {{item.type}}