• Queyras | Villages
Le Queyras ne fait pas exception : comme d'autres vallées des Hautes-Alpes, son patrimoine gnomonique est remarquable.

Les Hautes-Alpes possèdent la plus grande concentration de cadrans solaires de France, avec plus de 400 sites recensés. Le Queyras n'est pas exempt d'un beau patrimoine gnomonique (du grec gnomon, "indicateur" - soit l'art de concevoir, de calculer et de tracer des cadrans solaires) : plus de 70 cadrans sont recensés, dont une trentaine rien que sur Saint-Véran. Ces cadrans sont soit peints soit gravés dans la pierre. La plupart portent des devises. Les cadrans solaires (ou gnomons) montagnards du Queyras ne sont pas des cadrans savants : ils sont d'abord utiles et apportent des messages séculaires de bonne sagesse. Voyons un peu plus en détail quand, par qui, et pour quel usage ils ont été crées.

 

 

Les raisons de la présence d'un grand nombre de cadrans solaires dans le Queyras

Plusieurs raisons peuvent être avancées :

  • le grand nombre de jours d'ensoleillement : avec plus de 300 jours de soleil par an, des périodes d'hiver rudes, la célébration du soleil est une évidence. Il rythme les journées et impacte les habitudes
  • la proximité du Queyras avec le Piémont Italien, plus spécifiquement des artisans italiens renommés.

 

A quoi servent les cadrans solaires ?

Les cadrans solaires célèbrent la lumière et le temps. Leurs fonctions sont multiples :

  • marquer la mesure du temps tout au long de la journée (le tour qui courre), via les heures de soleil, plus spécifiquement l'évolution des ombres
  • exprimer le temps qui passe
  • décorer les façades des monuments importants ou des maisons
  • rappeler - à destination des jeunes générations - via des devises voire sentences bien construites, les valeurs communes ou de la maisonnée, sa fidélité religieuse ou la précarité de la vie face à l'éternel

A noter que les cadrans solaires donnent l'heure locale,et non pas l'heure légale. Ainsi deux cadrans situés dans deux régions différentes ne donneront pas la même heure.

Enfin, il existe quelques cadrans accouplés, chacun étant peint sur l'une des façades de la maison et recevant des rayons spécifiques en fonction de l'heure de la journée.

 

Quand ont été peints ces cadrans solaires?

Difficile de dire précisément quand ils ont été peints pour la première fois, mais ils ont été observés sur les bâtiments d'architectes grecs et romains datés de -25 avant JC.

En France, ils ont connus leur apogée à la fin du 19ième siècle, avant l'avènement de l'heure légale :

  • Les cadrans solaires encore visibles nous donnent le plus souvent des dates au 19ième siècle, mais certains ont été peints au dessus de versions plus anciennes
  • l'avènement de l'heure légale en 1891 (méridien de Paris - temps civil) à l'initiative des Compagnies de Chemin de Fer, puis de l'heure universelle en 1911 (méridien de Greenwich) a stoppé net la création et l'entretien de ces éléments du patrimoine. Des passionnés fin 19ième ont tout de même recensé avant leur disparition un grand nombre d'entre eux.

Suite à leur perte d'intérêt/d'utilité, beaucoup de cadrans solaires ont disparus. A ceci il faut ajouter les aléas climatiques (avalanche), les catastrophes (incendies) qui touchèrent parfois durement certains villages, et l'exode rural, avec abandon progressif de plusieurs hameaux, notamment à compter de 1911.

Dans les années 80, des passionnés ont re-découverts ces éléments caractéristiques du patrimoine haut-alpin, ont amorcé leur restauration, et obtenu l'inscription des plus majestueux cadrans à l'inventaire des Monuments Historiques (dans la liste supplémentaire le plus souvent), afin de protéger ce patrimoine.

 

Qui a peint ces cadrans solaires?

Plusieurs artisans, appelés cadraniers, ont bien évidemment crées et entretenus ces oeuvres du patrimoine, dans chacun des villages.

Cependant, comme dans les autres arts picturaux, certains se sont particulièrement distingués, notamment le célèbre cadranier piémontais itinérant Giovanni Francesco Zarbula (dont l'initiale ZGF ou ZJT est parfois visible sur ses fresques), qui s'est exprimé entre 1832 et 1870 dans les Alpes et notamment le Queyras, le Guillestrois et le Briançonnais. Ses cadrans se distinguent aussi par la présence d'entourages en faux marbre, des parures faites d'oiseaux exotiques, de fleur et de la présence de l'oiseau solaire des Alpes - l'aigle.

C'est ainsi qu'au sein du Parc Naturel Régional du Queyras sont inscrits aux Monuments Historiques plusieurs cadrans solaires de Zarbula situés à Souliers, Eygliers, Arvieux, Ville-Vieille, Molines et Saint-Véran.

Plus recemment Remi Potey, Queyrassin d'adoption, a rénové un grand nombre d'entre eux, et crée des nouveaux cadrans solaires, en revisitant les techniques d'antan et savoir-faire traditionnels.

 

Comment sont réalisés les cadrans solaires?

Les cadrans solaires du Queyras sont peints, contrairement à ceux d'autres régions, sur chaux fraîche :

  • peinture à base de pigments naturels (terre de Sienne, ocres du Lubéron, etc.)
  • apposée sur un enduit de chaux fraiche (afin que les couleurs se fixent durablement dans l'enduit) et de sable

On parle ainsi de peinture à fresque (de l'italien "a fresco" - à frais), avec un usage de la chaux comme base qui a l'avantage de permettre à l'oeuvre de respirer (et de laisser passer/sécher l'humidité et les variations de températures du climat du Queyras).

La pose d'un cadran prend une journée : le travail commence le matin et doit être terminé le soir.

 

Les différents types de cadrans solaires

Un cadran est habituellement orienté plein Sud et apposé sur un mur : il est appelé cadran méridional (ou cadran non déclinant) mural.

Cependant certains ont une autre orientation, ils sont appelés cadrans déclinants : 

  • le cadran déclinant oriental : orienté vers l'Est (soleil levant : fournira l'heure le matin)
  • le cadran déclinant occidental : orienté vers l'Ouest (soleil couchant : fournira l'heure l'après midi)

Bien d'autres types de cadrans existent en France (cadran horizontal, équatorial, analemmatique, etc.)à mais vous ne les trouverez pas dans le Queyras.

 

Principes de fonctionnement d'un cadran solaire

Les cadrans solaire se composent de plusieurs éléments :

  • la surface sur lequel il est peint, appelée Table
  • une aiguille - indicateur de l'ombre portée, appelée Style, le plus souvent une flèche en fer forgé, et orientée parallèlement à l'axe Nord/Sud, axe sur lequel tourne la terre
  • un renforcement du Style, afin qu'il ne bouge pas avec le temps, appelé Jambage
  • les graduations de l'ombre du soleil : chaque tracé est unique, car il dépend de l'emplacement du cadran par rapport au soleil et à l'équateur, plus précisément de :
    • son orientation par rapport au soleil (angle de déclinaison par rapport au tracé Est-Ouest),
    • sa latitude (positionnement par rapport à l'équateur)
  • des décors/ornements agrémentant la table : motifs, de frises ou guirlande de fleurs, soleils, dessin d'animaux, flore ou de paysages caractéristique, etc). Le coq symbolise la vigilance.
  • les initiales du cadranier ou du commanditaire ou symboliques (ex: IHS - Iesu Hominum Salvator - Jesus Sauveur des Hommes- placé le plus souvent au centre du soleil)
  • une devise (voir ci-dessous)
  • un encadrement, le plus souvent géométrique et en trompe l'oeil

 

Le fonctionnement est donc le suivant : le soleil illumine le cadran, et via l'aiguille génère une ombre portée sur la graduation, donnant ainsi l'heure. L'art du cadranier est donc de bien définir l'heure du lieu, en fonction de la situation exacte du mur par rapport au soleil.

 

Comment passer de l'heure cadran solaire à l'heure légale?

Les cadrans affichant l'heure locale, à savoir l'heure du point géographique - compte tenu de sa situation par rapport au soleil, il est nécessaire d'apporter les corrections nécessaires pour retrouver l'heure légale.

De manière simplifiée, il faut, dans le Queyras, en été ajouter entre 1h30 / 1h40 à l'heure lue sur le cadran.

Il faut en effet tenir compte :

  • du changement d'heure annuel : +1h en été, +2h en hiver
  • du décalage lié à la situation par rapport au méridien de Greenwich : le Queyras étant plus à l'Est, il faut enlever 25 mn à l'heure lue. Pour Briançon, le décalage est légèrement plus petit
  • du décalage lié entre l'horaire 24h et la situation effective de la rotation de la terre par rapport au soleil, variable appelée Equation du Temps

 

Les devises des cadrans solaires

Les cadrans solaires sont accompagnés le plus souvent de devises en français, en latin ou en dialecte occitan :

  • choisies par le propriétaire : devise morale, devise philosophique, rappel des valeurs
  • mettant en avant des valeurs/croyances communes ou caractéristiques de la maisonnée

Le plus souvent, les devises célèbrent, sur différents tons (interpéllatif, narquois, humoristique, moralisateur, épicurien,etc.) :

  • le temps en compte à rebours, en relation avec les croyances communes : la fuite du temps, la mort, le spectre du jugement dernier, la toute puissance de dieu
  • le soleil tout puissant : l'astre solaire, symbole de dieu

 

Vous trouverez ci-dessus des photos des principaux cadrans du Queyras, à commencer par ceux des clochers des différents villages du Parc Naturel Régional du Queyras. Nous compléterons régulièrement la liste de ceux-ci, en se concentrant essentiellement sur les cadrans ancestraux et historiques, témoins du patrimoine vivant et des traditions du Queyras à travers les siècles. Revisitez donc la page de temps en temps pour voir les nouveautés !

Marc DESROUSSEAUX
Membre depuis : 11/07/2014
Ristolas France