• Date : 02/12/2014
  • Lu : 2 120 Fois

Comment expliquer la qualité de la neige en Queyras, mais pas que

Attendu par les passionnés de glisse, craint des Queyrassins, il ne survient pas que l'hiver !

Le Queyras est certes une terre à la lumière et paysages exceptionnels, mais il connaît aussi des phénomènes brutaux qui peuvent être parfois dévastateurs. Le Retour d'Est en fait partie.

 

 

Qu'est ce que le Retour d'Est?

Le Retour d'Est est un phénomène météorologique observable toute l'année, qui se caractérise par de très fortes pluies (printemps) ou de très fortes chutes de neige (l'hiver). Cet épisode pluvieux ou neigeux peut prendre une ampleur particulière lorsque les chutes sont importantes, de durée exceptionnelle, ou encore successives et rapprochées.

Il existe plusieurs retours d'Est en France (exemple du retour d'Est Cévenol particulièrement sévère dans le Sud de la France en 2014, qui a provoqué sur une période longue de 3 mois des inondations exceptionnelles successives), mais celui du Queyras est très remarquable dans le contexte géographique de la vallée :

  • En hiver, il donne lieu à des avalanches dévastatrices (ex: avalanche du 10 mars 1946 qui ensevelit l'Echalp) ou une isolation des villages ou hameaux pendant plusieurs jours (Décembre 2008). Aujourd'hui, sa survenance est scrutée par les passionnés de glisse, qui attendent les bonnes couches de neige et de poudreuse, mais qui peut isoler le territoire pendant quelques jours.
  • Au printemps, il peut donner lieu à des inondations comme celles de juin 1957 ou de juin et octobre 2000, lorsqu'il se cumule aux fontes de neiges.

Le Retour d'Est est observable 2 à 3 fois par an dans le Queyras, et est généralement d'une durée maximum de 4 jours.


Quelles sont les zones du Queyras traditionnellement touchées?

Les territoires impactés et l'ampleur des chutes de pluie/neige sont variés, mais le phénomène est particulièrement actif à la frontière italienne autour du Viso, donc

  • dans le Haut-Guil (Abriès/Ristolas/l'Echalp/La Monta/Le Roux/Valpreveyre) ;

  • dans la vallée Aigue Aignelle, secteur Col Agnel.

Le Queyras est touché régulièrement, et ce depuis de nombreux siècles, comme en témoigne cette liste des avalanches en France.

 

Comment nait ce phénomène météorolique dans le Queyras?

Le Queyras, situé à l'Est du massif des Ecrins et du Pelvoux, est traditionnellement protégé par ces derniers des perturbations atlantiques. C'est ainsi qu'il bénéficie d'un climat très ensoleillé (plus de 300 jours de soleil par an), et relativement sec (peu arrosé). Cependant, 2 à 3 fois par ans, des circonstances climatiques particulières provoquent le Retour d'Est et ce principalement sur la frontière France/ Italie :

  • une dépression généralement localisée sur le golfe de Gênes en Italie (avec un centre dépressionnaire sur la Corse/Sardaigne), suite à la traversée d'une perturbation au dessus des Alpes en direction de la Méditerranée
  • une remontée depuis l'Est (i.e. la plaine du Pô) des masses d'air humides, chargées suite à leur traversée de la Méditerranée et poussées en direction des reliefs (froids) du Piémont italien et de la frontière française (notamment dans le secteur Haut-Guil & Mont Viso) par le vent nommé Lombarde

Ce phénomène de Lombarde venant de l'Est génère la condensation sur les reliefs alpins frontaliers (notamment le Mont Viso) d'un air chaud et humide accumulé en Méditerranée et dans les
plaines de Lombardie. Cette condensation provoque ainsi d’abondantes précipitations dans les hautes vallées piémontaises ... et du Queyras. A noter que le phénomène de Lombarde explique aussi la "nebbia", le brouillard d'altitude observable aux frontières et qui déborde de temps en temps côté France dans le Haut-Guil) : c'est la condensation en altitude de masses d’air chaud et humide de la plaine du Pô sur les pentes des versants italien.

Vous trouverez sur cet article de Méteo France plus d'explications techniques sur le phénomène de Retour d'Est dans le Queyras (Météo France).

 

Quelles conséquences lors d'épisodes d'ampleur exceptionnels?

Côté Queyrassin, même si le Queyras est beau sous le manteau neigeux épais, il est synonyme de vigilance et entre-aide, et rappelle toujours de tristes souvenirs.

En effet, lorsque le Retour d'Est est conséquent, il impacte pendant plusieurs jours la vie quotidienne, voire entraîne de lourds dégats :

  • Au printemps, il implique de fortes précipitations pendant plusieurs jours, provoquant des inondations dévastratrices comme en 1958, lorsqu'elles se conjuguent avec la fonte des neiges.
    • Le Haut-Guil a observé des cumuls voisins de 300 mm de pluie en juin 1957 et mai 2008
  • En hiver, il apporte un enneigement exceptionnel (près de 2 mètres en village, bien plus dans les hauteurs), comme lors des épisodes du 11 au 16 janvier 1978, et celui de décembre 2008.
    • Abriès, Ristolas, le Roux, L'Echalp, la Monta, ainsi que les pentes du Mont Viso ont recueilli un ou deux mètres de neige en deux jours (mars 1993, mars 2007), mais plus de trois mètres comme en 1978 et en décembre 2008

Lors de ces épisodes centenaires, une forte entreaide entre habitants est observée : la cohésion est de mise, des moyens exceptionnels sont mis en oeuvre par l'Etat, le département et la Région avec d'évacuer ou désenclaver les zones les plus impactées, et libérer au plus vite les routes.

Chaque année, Département et Communauté de Commune déclenchent des avalanches préventivement ( Plan PIDA - Plan d'Intervention de Déclenchement d'Avalanche), lorsque les retours d'Est sont trop importants.

Le phénomène de Retour d'Est terminé, il laisse en hiver la place à de superbes paysages nappés de blanc, ou permettent au printemps de finir de préparer l'arrivée des prairies fleuries, en attendant l'été.

 

Le retour d'Est mémorable de Décembre 2008

A titre d'illustration (voir photo ci dessus) , en décembre 2008, et notamment pendant la journée du mardi 16 décembre, il est tombé 20cm de neige fraîche à l'heure, avec une poussée du retour d'est observée jusqu'à Mont-Dauphin. Les hauteurs de neiges ainsi accumulées ont entraîné :

  • l'isolement des villages  : routes, lignes électriques et téléphoniques coupées, annulation des cars scolaires
  • des habitations englouties sous la neige voire impactées par les avalanches, des toitures dangereuses car surchargées de poudreuse
  • des avalanches ou coulées de neige particulièrement destructrices (notamment entre Abriès et le Roux - coulée de l'Alpet, ou entre Abriès et Ristolas - avalanche de la Fourche, ou encore celle qui a ravagé la hameau Valpreveyre détruisant la toiture et le clocher historique de la chapelle St Roch fraîchement rénovée ainsi que plusieurs habitations / chalets.

 

Bref, un phénomène soudain, attendu par les passionnés de glisse en pleine nature - qui se ruent sur le la station de ski d'Abriès (Domaine du Haut-Guil) -  mais qui peut être moins drôle lorsqu'il survient au printemps, avec des crues dévastatrices. Dame nature sait reprendre ses droits.

Tous les commentaires (0)

S'abonner pour suivre les échanges (notification)

Personne n'a encore laissé de commentaires ici. Lancez-vous !